Logo Ateliers de Minuit réserve

le Diamant

Le mot diamant provient du grec “adamas” qui signifie invincible, indestructible. Ce terme fut ensuite traduit par “diamas”.

Le diamant est un cristal de carbone pur.
Les conditions nécessaires à la formation du diamant sont pour le moins extrêmes. Les nombreuses études réalisées ont démontré que le diamant se forme à plus de 150 kilomètres sous la surface terrestre, dans le manteau supérieur.
A cette profondeur, la température varie de 1300 à 2000 degrés. La pression y est elle aussi gigantesque: 75 tonnes par cm2. Soumis à un tel traitement, le carbone liquide situé sous l’écorce terrestre cristallise pour former les splendides cristaux qui caractérisent le diamant.
Il semblerait d’ailleurs que les diamants les plus purs soient ceux qui ont connu les conditions les plus dures lors de leur formation.
Mais ceci n’est que la première étape, il leur faut ensuite remonter vers la surface. Cette remontée se fait au gré des incursions de magma dans les fissures de l’écorce terrestre.

Le diamant ne résistant pas aux températures supérieures à 1500 degrés, il doit être protégé par une roche appelée Kimberlite, également d’origine magmatique, qui agit comme un cocon protecteur. Sans cela, les diamants se volatiliseraient lors des éruptions. Une fois le volcan éteint, la colonne magmatique contenant les diamants est alors appelée pipe kimberlitique. Ces pipes sont les gisements primaires.
La nature faisant par la suite son œuvre, les volcans sont peu à peu érodés et donnent alors naissance aux gisements secondaires. Bien que l’on ne sache pas dire combien de temps ce phénomène nécessite, on peut néanmoins dater la formation des diamants. Ainsi, les diamants se sont pour la plupart formés il y a plus d’un milliard d’années.

L’histoire du diamant

L’histoire des diamants commence en Inde il y a un peu plus de 3000 ans.

Les diamants les plus extraordinaires comme le Hope, le Koh-I-Noor, le Régent et bien d’autres, en sont originaires.
Aujourd’hui encore, les diamants historiques les plus réputés sont connus sous l’appellation “diamants de Golconde”, une région située entre les cours inférieurs des fleuves Godavari et Krishna. On dit que les diamants de Golconde sont les plus fins et les plus purs de tous. On leur attribuait des pouvoirs protecteurs contre les esprits du mal et les guerriers les emportaient sur le champ de bataille où ils étaient censés porter bonheur. Les bouddhistes leur accordaient également une forte valeur symbolique dans leurs textes sacrés. Jusqu’au début du XVIIIème siècle, l’Inde constituait la seule source de diamants au monde, à l’exception de quelques gisements mineurs découverts à Bornéo.

Il semblerait que les tous premiers diamants indiens aient été apportés en Europe par Alexandre le Grand en 327 avant notre ère, ouvrant ainsi les portes au commerce entre l’Europe et l’Orient.
Dans la Grèce Antique, les diamants étaient les larmes des dieux ou des éclats d’étoiles tombés sur terre.

Le chemin des diamants vers l’Europe a toujours été long en prenant la route de la soie depuis l’Inde.
Avant la seconde partie du Moyen-Age, les gemmes précieuses arrivaient à Rome, puis Venise prit ce rôle à partir du XIIème ou XIIIème siècle. Ce fut la première capitale du commerce des diamants. C’est vers 1330 que Venise commença à développer le polissage des facettes des diamants.

À partir de la Renaissance, l’art du polissage du diamant arriva à Paris et Bruges (XIVème), puis ce fut au tour d’Anvers (XVème) de devenir la capitale de l’industrie diamantaire. C’est à cette époque que de nombreux diamants vinrent sertir les bijoux des princes et rois d’Europe. Les pierres venaient toujours d’Inde, mais à partir du XVIIIème les mines commencèrent à s’épuiser.
De nouveaux gisements importants furent trouvés au Brésil, mais après 150 ans d’exploitation intensive les gisements furent presque taris.
Le nouvel eldorado du diamant fut alors l’Afrique du Sud dès la fin du XIXème siècle, de nos jours l’exploitation continue toujours dans ce pays.

L’Afrique du Sud, les débuts de l’industrie du diamant.

En 1866, Erasmus Jacobs, 15 ans, fils d’un fermier boer, trouve un caillou plus brillant que les autres sur les rives du fleuve Orange, en Afrique du sud. Après examen, la pierre se révèle être un diamant brut de 21,25 carats, baptisé Eurêka. Deux ans plus tard, la découverte du Star of South Africa un diamant brut de 83,5 carats, déclenche la ruée sur la rivière Vaal et aux environs de Kimberley.
Des prospecteurs affluèrent du monde entier, grattant le lit des rivières, tamisant les graviers, retournant les terrains des fermiers locaux. Ces derniers négociaient des commissions sur les trouvailles, à défaut de les trouver eux-mêmes, ou revendaient leurs terrains à des prix multipliés par mille. C’est ainsi qu’en 1887, les frères Johannes et Diedrich De Beers cédèrent leurs terrains à un syndicat de prospecteurs, associant ainsi leur nom au diamant pour l’éternité.
Dans un périmètre de 5 kilomètres, les cinq mines les plus fécondes en carats destinés à la joaillerie jaillirent de terre, parmi lesquelles les De Beers et Kimberley. Lieu de convergence pour des pionniers de toutes origines, de toutes langues, assoiffés d’aventure et de commerce, Kimberley a fonctionné durant 43 ans, de 1871 à 1914.

Les mines d’Afrique du Sud sont également connues pour la découverte du plus gros diamant brut du monde: Le Cullinan, avec une masse de 3 106 carats, soit 621,2 grammes!
Il fut découvert en 1905 dans la mine Premier située près de Pretoria.
La grande pureté chimique de la pierre est exceptionnelle: le type IIa dans laquelle elle est classée concerne moins de 1% des pierres existantes.
Le brut fut taillé en 9 diamants, dont 7 ont été sertis sur la couronne Britannique. La plus grosse pierre pèse 530 carats.

taille de diamant joaillerie

Les principaux producteurs de diamants actuels

Trois millénaires séparent la découverte des premiers gisements de diamants en Inde de celle des mines brésiliennes au XVIIIe siècle, puis de celle du diamant Eurêka en Afrique du Sud en 1866, début de l’industrie moderne du diamant.
Depuis, la quête des géologues prospecteurs a été incessante et des gisements de diamants ont été révélés sur tous les continents, sauf en Europe et en Antarctique.

En 2017, selon les données consolidées par le Système de Certification du Processus de Kimberley, les cinq plus grands pays producteurs de diamants fournissent plus de 80% de volume de diamants bruts du monde entier. La Russie, le Canada et le Botswana représentant à eux trois 58% de cette production.

En 2017, en volume les pays producteurs les plus importants sont :

Carte diamant

La Russie (28%)

Le premier diamant a été découvert en Russie en 1829, par un jeune serf qui lavait de l’or dans l’Oural. La Russie a développé l’extraction de diamants, contrôlée à 99% par le géant ALROSA, dont l’Etat fédéral russe détient 33% des parts et l’Etat de Yakoutie (Sibérie Orientale) 25%. Les gisements les plus importants du pays sont concentrés en Iakoutie.
Aujourd’hui la Russie est le plus gros producteur de diamants au monde.

Le Bostwana (15%)

Second plus important producteur de diamants au monde, le Botswana a connu une ascension économique remarquable depuis l’acquisition de son indépendance en 1966 grâce à l’exploitation responsable de ses gisements de diamants.
Cette croissance a été rendue possible par un étroit partenariat entre DE BEERS et le gouvernement du Botswana. En seulement 50 ans, l’un des plus pauvres pays au monde est devenu un pays moderne, au revenu moyen supérieur.
Lorsque les premiers diamants sont découverts au Botswana en 1966, le pays ne compte que trois écoles d’enseignement secondaire; aujourd’hui, grâce aux revenus générés par les diamants, on en dénombre plus de 300 et chaque enfant voit sa scolarité payée par l’Etat jusqu’à l’âge de 13 ans.

Le Canada (15%)

Le Canada est un nouveau venu sur la scène mondiale du diamant mais est aujourd’hui le troisième producteur. Le pays a produit ses premiers diamants en 1998 dans la mine Ekati dans le Nord-Ouest du pays. En 2003, RIO TINTO mettait en production la mine de Diavik et en 2018 DE BEERS ouvrait sa mine Gahcho Kue, également dans les territoires du Nord- Ouest, à 200 km au Sud du cercle polaire.
Les difficultés que rencontrent ces mines sont liées à leur emplacement très isolé combiné à des conditions climatiques souvent rudes en hiver. En effet, les mines ne peuvent recevoir des marchandises par voie terrestre que par une route de glace pendant une courte période de temps (entre six et dix semaines). Les mines doivent également disposer de logements et d’installations complètes pour leurs employés car elles sont toutes situées loin des agglomérations. En s’adaptant à ces conditions extrêmes, le Canada est devenu l’un des principaux pays producteurs de diamants.

L’Australie (11%)

La mine d’Argyle au Nord-Ouest de l’île devint célèbre en 1985 lorsqu’on y découvrit plusieurs diamants roses. Elle appartient aujourd’hui à RIO TINTO.
C’est la seule source importante connue de diamants roses, produisant plus de 90 % de l’approvisionnement mondial.
Elle fournit en outre une grande partie d’autres diamants de couleur naturelle, de couleur champagne, cognac ainsi que de rares diamants bleus.
Ayant exploité la totalité de ses ressources, la mine d’Argyle devrait fermer en 2020.

L’exploitation des gisements de diamants

gisement diamant

L’extraction des diamants est toujours compliquée et il est souvent nécessaire de creuser très profondément dans la terre ou d’extraire de grosses quantités de roche. En moyenne il faut extraire 10 tonnes de roches et minerai pour obtenir 1 carat de diamant.

Outre la mine, il existe différents gisements pour exploiter les diamants:

Les gisements primaires: les mines

L’exploitation la plus connue est l’extraction du diamant dans des mines.
Celles-ci peuvent être des mines à ciel ouvert ou des mines souterraines.

  • Les mines à ciel ouvert sont très répandues. Il faut extraire avec des engins de terrassement et des explosifs d’énorme quantité de gisement qui seront ensuite traités pour en extraire les diamants. On creuse une pipe avec des gradins, ces derniers permettant la circulation des camions qui transportent les matériaux.
  • Les mines souterraines peuvent aujourd’hui atteindre des profondeurs ahurissantes de 1000 mètres en dessous du sol. Plus on pénètre dans les profondeurs de la Terre, moins la teneur en diamant est riche.
    Le minerai est remonté à la surface pour être traité et pour y trouver d’éventuels diamants. Il s’agit dans ce cas-là d’extraire d’énormes quantités de roches pour trouver dedans quelques grammes de diamant. Il faut environ extraire dix tonnes de minerai pour récupérer seulement 1 carat de diamant.

Les gisements secondaires alluvionnaires

Les seconds gisements consistent à traiter les alluvions fluviales pour trouver des diamants.
Ce type d’exploitation est généralement artisanal (comme au Brésil), mais il peut aussi être industriel.
Si ce type d’exploitation est industriel, on utilise alors des radeaux et de puissantes pompes pour aspirer et remonter à la surface le sable et le gravier de la rivière où peuvent se trouver des diamants.
Il faut toujours traiter d’immenses quantités d’alluvions pour espérer trouver une gemme.

Les gisements littoraux marins

Le dernier type de gisement concerne les littoraux et les fonds marins.
Le but est d’atteindre le gravier diamantifère. Pour cela, il faut utiliser des engins de terrassement ou des explosifs.

Ce type de gisement nécessite des moyens techniques et financiers conséquents, car il faut souvent extraire d’énormes quantités de terre plusieurs dizaines de mètres sous la mer. Pour cela il faut des navires, des plates-formes et des motopompes d’un type identique à ceux dont disposent les grands groupes comme De Beers.

Les 4C

Aussi noble que soit cette matière, tous les diamants ne se valent pas.
Pour définir leurs qualités et leurs valeurs, les gemmologues ont développé les facteurs «4C» d’après les termes en anglais Carat (poids), Clarity (pureté), Color (couleur) et Cut (taille). La qualité du diamant sera appréciée selon l’ensemble de ces paramètres et de sa qualité dépendra sa valeur.

• Carat

Le carat est l’unité de mesure qui permet d’évaluer le poids des pierres.
Un carat équivaut à 0,20g. Le poids détermine la taille du diamant, mais il ne peut jamais à lui seul déterminer la valeur d’une pierre.

• Clarity – La Pureté

Critère essentiel, la pureté représente le phénomène de la lumière traversant une pierre avec une réflexion sans fin, sans aucun obstacle.
Elle se définit par le nombre, la taille, la nature et la position des inclusions (imperfections internes et externes). Un diamant est considéré comme pur si aucun défaut n’apparaît à la loupe grossissante dix fois.
Les inclusions sont des phénomènes structurels liés à la formation de la pierre et qui en affecte l’homogénéité.
Elles se présentent sous forme d’un cristal ou d’un solide, de points, de nuages… Les degrés de pureté des diamants sont classifiés par des normes internationales de FI à i3.

• Color – La Couleur

La couleur d’un diamant est mesurée selon une échelle internationale mise en place par le Gemological Institute of America allant de D à Z. Un diamant de couleur D sera parfaitement incolore, alors que la teinte d’un diamant de couleur Z tirera vers le jaune, ce qui en ternira la brillance.
Si le blanc est la couleur la plus fréquente, il existe plus de 300 coloris de diamants: il s’agit de diamants dit “fancy”. On estime qu’il existe un diamant de couleur pour 10000 diamants quasi incolores: très rares, les diamants de couleur sont vus comme des miracles de la nature et sont extrêmement prisés.

• Cut – La Taille

La taille du diamant est choisie en fonction de la forme initiale de la pierre, de sa dimension et de ses inclusions.
Le positionnement précis des facettes joue un rôle déterminant dans la valeur du diamant.
Un diamant idéalement taillé fonctionne comme un miroir: il capture la lumière et la réfléchit de facette en facette jusqu’à la renvoyer par la couronne.
Chaque facette doit être taillée avec une extrême précision pour révéler tout le potentiel de brillance de la pierre.
Le brillant rond est la forme la plus répandue. Mais il existe d’autres formes, chacune possédant son caractère propre: les tailles ovale, poire, navette, émeraude et cœur.
A l’exception des tailles cœur et émeraude, toutes les autres formes citées comportent 58 facettes.
Ces tailles sont étudiées afin de maximiser la réflexion de la lumière.

Le Processus de Kimberley

Depuis quinze ans la filière mondiale du diamant est strictement contrôlée pour s’assurer notamment de l’application des engagements éthiques et sociaux établis par le Kimberley Process sous l’égide des Nations Unis et sous le contrôle permanent des ONG. Le Processus de Kimberley (www.kimberleyprocess.com) permet de garantir l’absence de diamants en provenance de régions de conflits dans toute la chaine de commercialisation.

Le Processus de Kimberley rassemble 54 participants, soit 81 pays (l’Union européenne et ses États membres comptent comme un seul participant), le Conseil Mondial du Diamant (ou World Diamond Council) – représentant l’industrie internationale du diamant – et des organisations de la société civile. Sa présidence est assurée à tour de rôle par chaque pays participant. L’application du SCPK est contrôlée par des visites d’examen, des échanges de rapports annuels et de statistiques réguliers.
A ce cadre international, s’ajoutent le Système de garanties du Conseil International du diamant et ceux des institutions gouvernementales de réglementation tels que le Government Diamond Office au Royaume-Uni. Aujourd’hui, environ 99,8% de la production mondiale de diamants bruts proviennent de pays signataires du processus de Kimberley.

De tous temps, le diamant a enchanté l’imagination.
Signe des dieux, symbole du soleil ou incarnation de la force et de l’invincibilité. Le mystère de sa création, sa dureté unique, la magie de sa lumière le parent de vertus mystérieuses ou miraculeuses selon l’histoire ou la légende qui le raconte.
Le diamant inspire des récits extraordinaires, des récits d’aventures d’explorateurs, des récits dramatiques et émouvants, des récits passionnés!
Parce qu’il est unique, authentique et précieux, le diamant signe aujourd’hui la sincérité d’un lien, la pureté, la perfection d’un moment, la puissance indestructible d’une émotion.